HOP BD

Critiques de Bandes Dessinées depuis 2006


Classement des meilleures Bandes dessinées 2006

Publié par benoit sur 3 Décembre 2009, 10:08am

Catégories : #bdblog

01 Ludovic Debeurme - Lucille (Futuropolis)

Ludovic Debeurme nous plonge dans le récit tragique et bouleversant de l’amour entre deux adolescents atypiques et renfermés, fuyant un quotidien sans issue.
On découvre avec ce livre une narration d’une puissance incroyable, soulignée par un dessin d’une grande fluidité, très aéré, sans case, au trait de crayon et aux contours très doux, sans la moindre noirceur, finalement tout à l’opposé du récit. Passionnant et hors norme !

02 Guibert, Lefevre, Lemercier - le photographe tome 3 (Dupuis/aire libre)

Rappelons que cette bande dessinée intègre les photos dans un récit à la première personne dont on avait apprécié toute la force et la subtilité lors des deux précédents tomes. Dans ce troisième et dernier volet, "le photographe" raconte comment il a vécu son voyage retour, qu’il a décidé de faire seul, et qui va se transformer en une lutte forcenée pour sa survie.
Avec une rigueur de style appréciable, un équilibre parfait entre les photos et les dessins, Emmanuel Guibert réussit un grand récit d’aventure (on pense par moment à "Tintin au Tibet" ou Au "Somment des dieux" de Taniguchi) duquel on ne ressort pas indemne. Un grand livre... sur la vie, sur la nature humaine, sur l’engagement humanitaire, sur la passion d’un métier (celui de grand reporter photo), mais aussi sur un pays, une culture.

03 Rabaté - Les petits ruisseaux (futuropolis)

En prenant comme sujet "la vie après 60 ans" et notamment le thème de la sexualité à cet âge-là, Rabaté s’attaque à un quelque chose de pas évident, mais qu’il réussit très vite à transcender grâce à un des dialogues brillants et plein d’humour, à des personnages débordants de tendresse, chaleureux, auxquels il donne corps et force avec tout le talent qu’on lui connaît.
C’est beau, c’est simple, c’est plein d’humanité, d’amour, c’est une ode à la vie, au courage et à la solidarité. Et Rabaté est définitivement un grand conteur !

04 Jiro Taniguchi - un ciel radieux (casterman/écritures)

Dans une trame où le fantastique occupe une grande place, Taniguchi réussit parfaitement, comme toujours, à dépeindre les sentiments de ses personnages avec une grande finesse, à aller au plus profond de l’intime afin de faire ressortir les émotions et les faire passer dans ses dessins et ses dialogues. Ici, au cœur du sujet, l'auteur évoque la difficulté d'appréhender le deuil et la renaissance de l'âme. Du grand Taniguchi comme souvent.

05 Fermin Solis - L’année où il a neigé  (6 pieds sous terre)

Ce livre c'est l'histoire du petit Martin Mostaza (sorte de double enfant de Fermin Solis), un gamin d’une dizaine d’années que l’on suit dans les moments forts de sa vie de petit garçon. Du vélo au garde-boue qui frotte contre la roue pour faire du bruit, aux jeux entre copains de quartier, Fermin Solis nous décrit avec minutie et beaucoup de tendresse ce qu’à pu être son enfance, les relations avec sa famille et les copains principalement.
A la manière du "Petit Nicolas" de Sempé, plus qu’un simple récit de l’enfance, "L’année où il a neigé" est un livre émouvant, plein de poésie, de tendresse, fait de petites choses infimes (comme le passage qui raconte ce fameux jour où la neige a tout recouvert), qui font de ce genre d’histoire un vrai moment de bonheur pour lecteur.

06 Grégory Mardon - Leçon de choses (Dupuis/double expresso)

Les poulets qu’on déplume, le lapin que l’on saigne, le chat que l’on doit noyer, les hommes au bistrot, les bagarres dans la cour de l’école, la vente des tickets de tombola, la kermesse de l’école... Mardon n’a rien oublié de sa jeunesse et nous en livre une histoire émouvante et criante de vérité dans laquelle on sent tout l’amour et le respect que l’auteur éprouve pour ses personnages, et plus généralement pour les gens de la campagne.
Il dresse le portrait d’une époque (les années 70), mais aussi celui d’un petit village comme tant d’autres avec un vrai talent de conteur. Les dessins, à la fois simples et jolis et les couleurs vives, apportent leur lot de gaieté et de légèreté dans un beau livre, destiné aux grands comme au petits.

07 Gilbert Hernandez - Palomar city (le seuil)

"Palomar City" est un recueil d’histoires courtes toutes liées entre elles par une galerie de personnages et une histoire commune : celle d’une petite ville latino-américaine où vivent des gens ordinaires, loin de l’opulence et de la modernité des grandes villes… une sorte de bourgade de western moderne où se joue toute la tragédie humaine.
Amours, passions, haines ou provocations forment le vaste et attachant tableau de cette fresque sociale publiée à l’origine dans le fanzine "Love & rockets" entre 1982 et 1986, fondé par les frères Hernandez, et dont on découvre seulement aujourd’hui toute la force et l’authenticité.

08 Miriam Katin - seules contre tous (le seuil)

Livre autobiographique, "Seules contre tous" relate une partie de l’enfance de l’auteur, Miriam Katin, qui, en compagnie de sa mère, a du fuir les persécutions nazies durant la Seconde Guerre mondiale.
Totalement bouleversant, ce récit dessiné en noir et blanc, avec un coup de crayon sec et parfois tourbillonnant, nous emporte dans les horreurs et les tragédies de la seconde guerre mondiale. Grâce à une narration douce et apaisée qui contraste assez avec le trait de crayon violent, l’auteur nous offre un moment de lecture intense qui nous conduit sur les traces de ce couple mère/fille pourvu d’une volonté de fer avec comme but final, celui de retrouver un père et mari tant aimé et recherché.

09 Lucie Durbiano - orage et désespoir (Gallimard/bayou)

"Orage et Désespoir" met en scène deux jeunes sœurs, en vacances au bord de la mer, en compagnie d’un père plut acariâtre, elles retrouvent leurs amis pour un été que tout semble annoncer comme tranquille. Mais voilà, une curieuse rencontre sur la palge puis la découverte de la légende de "l’île aux mortes" vont quelque peu perturber ce séjour.
Lucie Durbiano se démarque d’emblée par un dessin aux contours naïfs, mais qui révèle au fil de la lecture une grande subtilité et une vraie poésie. Avec un trait fin et des couleurs vives qui collent parfaitement à ce récit estival et léger, "Orage et Désespoir" séduit très vite et plonge le lecteur dans une histoire passionnante, quelques part entre Le club des cinq de Enid Blyton, "Tintin L’île noire" (dont quelques pages font joliment et directement référence) et le cinéma de Jacques Rozier ou Eric Rohmer.

10 David de Thuin - le roi des bourdons  tomes 1, 2, 3, 4 (auto édité)

Zola, le personnage principal, travaille au service expéditions des éditions Chatterbooks. Durant son temps libre, il dessine des histoires en que son éditeur ne veut pas publier car pas assez commerciales selon lui. Et avec tout ça il doit supporter son frère, un chômeur oisif, qui passe son temps devant la télé et à picoler du matin au soir.
David De Thuin dresse le portrait de gens simples, s’interroge sur le quotidien de chacun, partagé entre vie professionnelle et vie privée ; un quotidien duquel on a parfois envie de s’évader… un peu comme va le faire notre ami Zola, "le roi des Bourdons".
A travers son récit, David De Thuin réussit à construire un scénario parfaitement équilibré, à la fois drôle, ironique, poétique et mélancolique, plein de justesse et sans la moindre lourdeur. Bref le genre de livre que l’on a envie de relire aussitôt après l’avoir terminé.

viennent ensuite :

11 Manu Larcenet - Le combat ordinaire t.3 (Dargaud)
12 Fifi - Une journée bien pourrie (la boite d'aluminium)
13 Loustal et Paringaux - Le sang des voyous (casterman)
14 kawaguchi & Fukumoto - seizon life tomes 1 2 3 (generation comics)
15 Hugues Barthes - le petit lulu (Les requins marteaux)
16 Colonel moutarde & Andy - Johnny rien à foutre (réédition, PLG)
17 De crécy - Salvatore tome 2 (Dupuis)
18 big ben - jours de classe (le potager moderne)
19 Tardi - le secret de l'étrangleur (casterman)
20 Seth - wimbledon green (le seuil) 

Nous sommes sociaux !