HOP BD

Critiques de Bandes Dessinées depuis 2006


L’envahissant cadavre de la plaine Monceau, de Léo Malet & Moynot

Publié par benoit sur 24 Novembre 2009, 18:34pm

Catégories : #bdblog

Après avoir fait le succès de cette série d’adaptation de romans de Léo Malet, Tardi a laissé la place à Emmanuel Moynot qui, dans un style graphique au départ très proche de celui l’auteur d’Adèle-Blanc-Sec continue de raconter les aventure de ce détective privé parigot.
Moynot et Malet nous entraînent une fois encore dans le Paris des années 50 dans une sombre histoire de meurtre qui va conduire Burma à enquêter sur des personnages toujours aussi singuliers…

Publié d’abord en feuilleton, sous la forme d’un journal en noir et blanc ( »L’Etrangleur ») « L’Envahissant cadavre de la plaine Monceau » sort cette fois en album et en couleur avec un Burma pas aussi noir que celui de Tardi mais qui commence à reprendre une nouvelle forme sous la plume d’un Moynot dont la tache n’est pas facile quand il s‘agit de reprendre une telle série. Malgré tout ce qu’on peut penser sur le travail de Moynot, la transition s’effectue plutôt bien et même si le passage à la couleur peut décevoir certains, l’esprit reste là et l’univers de Burma reste totalement passionnant.

Car si les histoires de Malet se ressemblent au fond un peu toutes, coté dessin, Moynot s’applique à retranscrire ce Paris des années 50 avec autant d’application que Tardi, ne manquant jamais l’occasion de nous promener dans ces larges avenues aux façades haussmanniennes ou ces intérieurs bourgeois comme on pouvait les voir à l’époque et que la couleur rend sans doute encore plus attrayants.
Comme souvent chez Burma, l’intrigue est un peu confuse, les personnages souvent troubles et fourbes, la police pas très compétente mais globalement l’ambiance prend le dessus et le plaisir reste intact quand on aime ça.

[7.5/10]
L’envahissant cadavre de la plaine Monceau (d’après l’oeuvre de Léo Malet)
Adaptation et dessin : Emmanuel Moynot
Editeur : Casterman
72 pages – 15€
Parution : octobre 2009   

Nous sommes sociaux !