HOP BD

Critiques de Bandes Dessinées depuis 2006


Top Bandes Dessinées 2010

Publié par benoit sur 5 Janvier 2011, 21:09pm

Catégories : #bdblog

topbds2010-450x104.jpg

 

01. J’ai pas tué de Gaulle, de Bruno Heitz

http://img.over-blog.com/210x297/0/01/36/00/08/PasTueDeGaulleHeitz.jpgPolar politique "à l'ancienne", mené de main de maitre, "J’ai pas tué de Gaulle…" rappellera certains romans de Simenon mais aussi des films français des années 70/80. Il évoque la question de l’engagement politique mais aussi de l'indifférence et de la solitude à travers le personnage de Jean-Paul, un garçon pas méchant mais lâche et sans scrupule.
Avec son dessin rond et naïf, presque vieillot (diront certains) et son sens de l’humour et de la narration si caractéristique, Bruno Heitz réussit pourtant le pari de nous tenir en haleine de bout avec une histoire abracadabrante, toujours surprenante et qui donne au final ma Bd préférée de 2010.  (lire la critique complète)

  02. La parenthèse, de Elodie Durand

http://img.over-blog.com/200x278/0/01/36/00/08/PARENTHESE--LA-.jpgDe son parcours du combattant, de son long combat contre la maladie, fait de nombreux rendez-vous chez le neurologue, Elodie Durand tire un livre introspectif, magnifique et absolument bouleversant qui vous tient en haleine du début çà la fin. Avec beaucoup de nuance et de sincérité et surtout un recul nécessaire, le livre ne se veut jamais larmoyant mais plutôt lucide et même parfois drôle quand il s'agit de raconter ses années de galère. Plutôt que de nous servir une auto-fiction nombriliste et dépressive, Elodie Durand a choisi le ton de la légèreté mais en restant toujours très précise par rapport à ce qu’elle a vécu et ce qu’on lui a raconté de ses troubles dont elle a quasiment tout oublié. Livre plein d’amour et d’émotion, la parenthèse insiste aussi sur le rôle des proches et du soutien que peut vous apporter votre famille dans ces cas-là. (lire la critique complète)
  03. Sutures, de David Small

http://img.over-blog.com/150x192/0/40/51/43/1/sutures.jpg

Récit d’une jeunesse foutue, portrait d’une Amérique blanche des années 50, la même que celle présentée dans la série "Mad Men", "Sutures" est un livre poignant, n’épargnant pas le lecteur de détails significatifs quant aux relations destructrices qu’e David entretenait notamment avec sa mère… une sorte de folle-coche à l’américaine. Le récit est porté par un graphisme assez épuré, qui laisse une grande place aux silences et qui rappelle bien d’autres (Will Eisner, Craig Thompson…). Bref, "Sutures" est un livre assez remarquable, assez effroyable aussi par moment, et qui vient s’ajouter à la liste déjà longue des grands récits « d’enfance malheureuse » qui nous ont tant bouleversés. (lire la critique complète)

  04. Quai d’Orsay tome 1, de Blain & Lanzac

http://img.over-blog.com/187x227/0/01/36/00/08/blain.jpgSi on savait Christophe Blain doué pour raconter des histoires de pirates ou de cow-boys, en revanche on ne se doutait pas qu’il était aussi capable de mettre en scène des hommes politiques, des conseillers dans des cabinets ministériels austères avec autant de talent. Dans cette bande dessinée, présentée plus comme une succession de scenettes que comme une véritable histoire scénarisée, Blain place au centre de son récit le personnage Alexandre Taillard de Worms dont les gestes, le verbe, le panache, l’esprit éclairé et la folie douce ne semblent laisser que peu de place aux personnes et aux collaborateurs qui gravitent autour de lui. (lire la critique complète)


05. Je ne t’ai jamais aimé, de Chester Brown

http://img.over-blog.com/175x280/0/01/36/00/08/je-ne-tai-jamais-aime.jpgMême si on a déjà vu ce type de portrait chez Tomine, Joe Matt ou ailleurs, on ne peut que se montrer admiratif devant la sincérité et la justesse du récit de  Chester Brown qui se montre sous un jour peu flatteur mais en même temps dans une posture qui permet au lecteur d’avoir de l’empathie pour lui et pourquoi pas de s’identifier à son personnage. Résultat, malgré le coté dépressif de l’ensemble, le livre se lit avec un certain bonheur, et à notre tour on se souvent des occasions manquées, de celles que l’on a pas eues et inversement de celles que l’on ne voulait pas. (lire la critique complète)

 


06. Essex County, de Jeff Lemire

http://img.over-blog.com/170x227/0/01/36/00/08/essex_county.jpg

Chronique sociale tendre et amère, "Essex County" parle de la vie, de la famille, des liens fraternels et de la place que chacun occupe dans son monde, aussi petit soit-il. 
Pas très gai, mais au combien touchant, ce récit qui prend son temps, qui nous apprend à connaître ses protagonistes et à partager leur quotidien de fortune est une incontestable et belle réussite surtout d’un point de vue narratif. Et même si le dessin, un peu rugueux au début, de nous aide pas à pénétrer tout de suite cet univers étrange, il se révéle, au fil des pages, plein de sincérité et contribue finalement lui aussi à faire de "Essex County" une des plus bouleversantes bande dessinées lues cette année. (lire la critique complète)

 
07. Lulu Femme nue t.2, de Etienne Davodeau

http://img.over-blog.com/177x247/0/01/36/00/07/lulu2.jpgComme souvent dans les livres de Etienne Davodeau ("Rural", "Les mauvaises gens", "Chute de vélo"…) on retrouve ces éternels personnages, touchants, profondément humains, fragiles et emphatiques à la fois, dont le destin, aussi banal soit-il, se révèle la plupart du temps passionnant. Avec un sens du récit et une maîtrise de la narration admirable, Etienne Davodeau fait de cette tranche de vie rien du tout une histoire bouleversante, qui transpire l’humanité à chaque page sans jamais sombrer un seul instant dans le pathos ni dans la noirceur. Une caractéristique qui fait depuis longtemps la force des livres de Davodeau et qui fait de cet auteur un des plus attachants et talentueux de la bande dessinée française actuelle. (lire la critique complète)

 
08. Denis Robert et Laurent Astier : L’affaire des affaires t.2, L'enquête

http://img.over-blog.com/169x240/0/01/36/00/07/laffiradesaffaires.jpgSi dans le premier tome (BD de l'année 2009) , on suivait le quotidien de Denis Robert, sans cesse balancé entre son combat et sa vie de père de famille, dans ce second, on est plongé au cœur d’un enquête qui va nous conduire de bureau en bureau, d’informateur en informateur, dans un road-movie financier entre Metz, Paris et Luxembourg.
On assiste notamment aux entretiens qu'a réalisés Denis Robert avec Ernest Backes (qui donneront le livre "Révélations" en 2001), on essaie de comprendre tant bien que mal le rôle de Clearstream dans le système financier, mais on reste surtout baba devant tant de détermination de la part de cet homme face à un monde occulte et fermé que personne n’ose, semble t-il, attaquer à part lui. (lire la critique complète)

 
09. En Italie, il n’y a que des vrais hommes

http://img.over-blog.com/150x210/0/40/51/43/1/En_Italie_il_n_y_a_que_des_vrais_hommes.jpgTout en bichromie, avec un trait assez dépouillé qui rappelle un peu celui de J.P Peyraud, Sara Colaone rend plutôt bien le scénario mis en place par Luca de Santis, nous faisant vivre de l’intérieur, entre humour et gravité, ce que pouvaient être le destin de ces hommes considérés comme des pestiférés dans un pays où, plus qu’ailleurs en Europe, l’identité homosexuelle a mis du temps avant d’être acceptée.
A noter que la Ban dessinée est préfacé par deux historiens et que l’on peut trouver, en annexe, la reproduction d’une interview de 1987 qui a permis le scénariste Luca De Santis de s’intéresser au sujet. (lire la critique complète)

 
10. Tous à Matha, de Jean-Claude Denis

http://img.over-blog.com/163x220/0/40/51/43/1/matha.jpgAvec "Tous A Matha", Jean-C. Denis joue comme souvent sur la mélancolie, les souvenirs et l’expérience personnelle pour donner corps à cette histoire qui n’est pas sans rappeler la saga "Goudard" écrite par Berroyer et Gibrat dans les années 80.
Sur les mêmes thèmes, (la famille, les copains, les premières amours...) avec en plus ici la musique, Jean-C. Denis parvient lui aussi à capter cette atmosphère de révolte adolescente, de frustration et de tiraillement avec d’un côté l’envie de devenir adulte et de l’autre, l’emprise familiale, à une époque où la majorité était encore à 21 ans. (lire la critique complète)

Nous sommes sociaux !